Alimentation

Régime alimentaire de l’allaitement : conseils pour une alimentation équilibrée et croyances à dissiper

allaitement maternel bio pour bebes magasin du bio et du naturel au maroc

Tout ce que vous devez savoir sur l’alimentation pendant votre allaitement !

Autour de l’alimentation de la femme qui allaite, partout dans le monde, se sont construits des mythes et des croyances erronées qui sont souvent source de confusion et d’insécurité pour la nouvelle maman. La femme qui se prépare à allaiter est souvent inondée de conseils de grands-mères, de tantes et d’amis, qui découlent toutefois de croyances populaires, ou de situations socio-économiques du passé, et non de véritables bases scientifiques. Si la présence de ce réseau de soutien peut être utile à un moment aussi délicat, ce flot de conseils parfois contradictoires peut entraîner une grande confusion sur la manière de gérer son alimentation pour donner le meilleur à son bébé.

Nouveaux besoins nutritionnels de la mère qui allaite

Un fait VRAI est que les besoins nutritionnels d’une femme pendant l’allaitement exclusif changent : calories quotidiennes, apport en protéines, besoin en eau …..

Une légère augmentation des calories quotidiennes

Une femme qui allaite a besoin d’environ 700 Kcal de plus par jour (comme l’indiquent les Apports nutritionnels de référence – Larn de 2012), dont environ 500 Kcal sont utilisés pour la production de lait. Une partie de ces calories provient des dépôts de graisse accumulés pendant la grossesse. Cela donne déjà une idée de l’inutilité, voire de la nocivité, de « manger pour deux ». D’autre part, les calories consacrées à l’allaitement facilitent la perte de poids, ce qui est pertinent chez de nombreuses femmes qui ont pris plus de 9-10 kg pendant la grossesse.

Dans les six mois qui suivent la naissance, il y a donc généralement une perte d’un demi-kilo par mois, ce qui permet à la mère de retrouver son poids normal de manière facile et saine, naturellement si la prise de poids n’a pas été plus que souhaitable.

Une légère augmentation des protéines

En effet, les besoins quotidiens en protéines augmentent de 17 g au cours des six premiers mois d’allaitement et de 11 g au cours du second (en savoir plus : Protéines – besoins moyens). Si l’on considère toutefois que les apports moyens en protéines des Italiens sont bien supérieurs aux besoins, le problème ne se pose pas fondamentalement.

Une augmentation considérable de l’eau

Sachant que le lait maternel est composé d’environ 87 % d’eau, il est conseillé à la mère d’augmenter sa consommation normale d’eau et de liquides d’environ 700 ml par jour pour compenser les pertes (en savoir plus : Eau – besoins moyens). Il est toutefois important de rappeler que c’est principalement la succion du bébé qui détermine la quantité de lait produite et non la quantité ou le type de liquides absorbés par la mère.

En ce qui concerne les vitamines et minéraux, bien que les besoins soient légèrement accrus, ils peuvent encore être facilement couverts par une alimentation équilibrée avec les fameuses 5 portions (ou plus) de fruits et légumes consommées quotidiennement. (lire la suite : Minéraux – besoins moyens)

Les kilos en trop ?

Après l’accouchement, la femme qui allaite connaît une réduction de son poids corporel. Vous brûlez jusqu’à 500Kcal par jour, soit l’équivalent d’une marche de 11Km !

Fromage te produits laitiers

Pendant l’allaitement, il n’est pas nécessaire de manger autant de lait ou autant de fromages que beaucoup de gens le croient. le calcium présent dans le lait maternel est indépendant de l’apport en calcium alimentaire de la mère, mais provient de la résorption osseuse de la mère. par conséquent, le calcium que la mère absorbe dans son alimentation n’est pas directement nécessaire pour le lait qu’elle produit, mais pour prévenir les conséquences futures sur le squelette de la mère (ostéoporose).

Le régime végétarien et l’allaitement

Les mères végétariennes, qui incluent le lait et les œufs dans leur alimentation, peuvent allaiter sans avoir à modifier leur régime alimentaire. Cependant, certaines recherches ont montré que les mères végétariennes ont tendance à prendre moins de calcium et de fer, de DHA et de vitamine B12 que les autres femmes, il est donc nécessaire de compléter leur alimentation.

Les femmes suivant un régime végétalien présentent une carence beaucoup plus importante en vitamine B12, DHA, fer, vitamine D et calcium.

Le fer, le DHA et la vitamine B12 sont indispensables à la croissance et à la maturation du système nerveux. Une carence en ces éléments dans les premiers mois de la vie provoque des dommages qui peuvent être irréversibles. C’est pourquoi plusieurs sociétés scientifiques de pédiatrie et de néonatologie recommandent vivement une supplémentation pharmacologique dès la période pré-conceptionnelle, c’est-à-dire lorsque la grossesse est envisagée.

Dans un article récent publié dans « Vegetarian Diets in Pregnancy and Developmental Age » par la SIPPS (Société italienne de pédiatrie préventive et sociale), la FIMP (Fédération italienne des médecins pédiatres) et la SIMP (Société italienne de médecine périnatale), un suivi nutritionnel attentif de la mère allaitante végétarienne ou végétalienne et du nourrisson est recommandé, y compris les compléments nécessaires pour éviter les déficits de croissance, l’anémie et les déficits neurologiques chez l’enfant.

Un suivi nutritionnel et une supplémentation doivent également être effectués après le sevrage. En outre, il est recommandé d’allaiter l’enfant jusqu’à au moins 2 ans de sa vie.

Y a-t-il des aliments interdits pendant l’allaitement ?

Les nouvelles mères sont souvent informées de l’existence de nombreux aliments qui donneraient un mauvais goût au lait, ce qui les oblige à renoncer et à éliminer de leur alimentation de nombreux aliments, même sains, de peur que le bébé n’aime pas le lait ou soit malade.

Il est vrai que certains aliments peuvent modifier le goût du lait, mais il n’est pas certain que le bébé n’aime pas ce nouveau goût. Ce n’est pas nouveau pour lui : si un certain aliment, par exemple le chou-fleur, a été consommé pendant la grossesse, le bébé en a déjà fait l’expérience par le biais du liquide amniotique. La devise « de gustibus non disputandum est » (le goût personnel ne se discute pas) s’applique également au petit.

Enfin, plus le régime alimentaire de la mère est varié et, par conséquent, plus le bébé connaît de saveurs différentes grâce au lait, plus il s’adaptera facilement au sevrage, car il est déjà un « expert » en matière de goûts différents.

Aliments à consommer avec modération pendant l’allaitement

Le café, les boissons gazeuses sucrées et le thé ne peuvent être consommés qu’à raison de 2 à 3 tasses par jour, car la caféine qu’ils contiennent peut, en plus grande quantité, induire de l’irritabilité, des troubles du sommeil et, dans le lait maternel, une diminution de la teneur en fer chez le nourrisson

Le poisson, excellente source de protéines nobles et de graisses oméga-3 bénéfiques, peut toutefois contenir du mercure qui, en grande quantité, a des effets néfastes sur le développement du système nerveux du nourrisson. Pour en réduire l’apport, il convient d’éliminer de l’alimentation les poissons qui contiennent le plus de mercure, tels que l’espadon, le mérou et le maquereau royal, et de limiter la consommation de thon, de bar et de flétan à un maximum de trois fois par mois. Au contraire, le poisson gras doit être consommé souvent et abondamment pour sa teneur en acides gras oméga-3 et surtout en DHA, un acide gras essentiel au développement du cerveau de l’enfant.

Aliments allergènes et lait maternel : comment réguler ?

Les sociétés scientifiques d’allergologie pédiatrique recommandent aux mères qui allaitent et qui ont des antécédents familiaux d’allergies de continuer à consommer les aliments typiquement allergènes parce que riches en histamine (fruits secs, crustacés, coquillages, fraises, pêches, chocolat, fromages fermentés, etc.) Cela aide le petit à développer une « tolérance » à l’aliment allergène, ce qui réduit la gravité de toute manifestation allergique. Pour prévenir le développement des allergies, ni la théorie du report de l’ingestion au-delà de l’âge d’un an, ni celle de l’introduction précoce avant six mois des mêmes aliments n’ont fait leurs preuves.

Est-il possible de suivre un régime minceur pendant l’allaitement ?

De nombreuses femmes se demandent comment retrouver le plus rapidement possible leur poids d’avant la grossesse. En réalité, cela peut prendre plusieurs mois et parfois plus d’un an.

Après la grossesse et les efforts de l’accouchement, le corps de la femme a besoin de temps pour retrouver force et énergie. Par conséquent, il serait sage d’attendre au moins 2 ou 3 mois avant de commencer un plan de régime minceur. Non seulement l’allaitement, mais aussi les soins apportés à un nouveau-né sont fatigants et exigeants.

De nombreuses mamans ont réussi à perdre du poids de manière tout à fait naturelle, simplement en suivant une alimentation variée et équilibrée et en reprenant une vie plus active, sans avoir recours à des régimes amincissants.

Que faire si les kilos pris pendant la grossesse sont bien supérieurs à ceux recommandés ?

Avant de commencer un régime, il est préférable d’en parler à votre médecin pour vérifier l’absence de contre-indications ou de problèmes de santé. Évitez absolument les régimes à faire soi-même ou les régimes pris sur Internet. Il est toujours conseillé de consulter un spécialiste qui sera en mesure d’établir un plan de régime personnalisé et équilibré en termes de nutriments.

Donc, la première règle est de se donner du temps. Deuxièmement : demandez l’aide d’un médecin ou d’un spécialiste.

Une femme qui allaite doit perdre du poids lentement

Une perte de poids excessive ou trop rapide peut provoquer de la fatigue, de l’épuisement et de l’irritabilité. Dans ces conditions, s’occuper de son bébé devient très fatigant et peut compromettre la production de lait. En outre, des études ont montré qu’une perte de poids de plus d’un demi-kilo par semaine entraîne la concentration dans le lait de résidus toxiques appelés POP, qui sont présents dans la graisse maternelle et sont libérés lors de la perte de poids.

Pour résumer, trois conseils aux nouvelles mamans :

Gardez la forme en pratiquant une activité physique régulière, par exemple en faisant de belles promenades avec le bébé dans le landau. Il est bon pour le corps et l’humeur. Être à l’air libre est également bon pour le bébé. Il est également possible de faire de la gymnastique à la maison. Renseignez-vous pour savoir si des cours de gymnastique ou des activités sportives pour les nouvelles mères sont organisés dans votre ville.

Ne vous attardez pas trop devant le miroir et ne pensez pas trop à votre poids. Donnez-vous du temps. L’allaitement, un mode de vie actif et une alimentation équilibrée vous aideront certainement à perdre vos kilos superflus.

Vous ne devez pas avoir peur de demander de l’aide. Si vous remarquez que vous êtes triste, fatigué, nerveux ou mélancolique, demandez de l’aide à un spécialiste sans crainte ni honte.

L’allaitement est un moment heureux, intime et surtout un incroyable vecteur de santé pour la mère et le bébé.

Bon allaitement à toutes les nouvelles mamans !

Nous espérons vous avoir éclaircis concernant les problèmes de manque d’appétit chez votre enfant.

Vous pouvez retrouver soit sur notre site soit dans notre magasin BIO POUR BEBES à Casablanca plusieurs autres produits naturels pour vous et pour votre bébé ou enfant. Pour la gamme alimentaire, cliquez ici pour avoir la liste des produits proposés.

Si vous avez d’autres interrogations et afin de répondre à vos attentes, nous avons mis en place un chat personnalisé avec notre conseillère nutrition qui est là pour vous écouter et vous conseiller. Pour la joindre, n’hésitez pas à cliquer sur le petit bouton vert sur notre site.

N’hésitez pas non plus à nous suivre sur notre page Facebook ou Instagram pour rester informé(e)s de nos nouveautés ou articles et surtout afin d’être toujours au courant des promotions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.