Hygiène

Couches : quel est le bon moment pour les enlever ?

couches Cosmétiques naturels bio idée cadeau bebe. Parapharmacie Maroc. Livraison gratuite et partout au Maroc. Magasin bio pour bébés. Frais de port gratuits

Quand franchir le pas pour aller sur le pot et quitter la couche

Chaud, l’été est presque sur nous. Avec l’arrivée de l’été, de nombreuses mères décident de faire faire un grand pas à leurs enfants : quitter la couche pour aller sur le pot.

Certes, celle de la couche est une commodité mais aussi un engagement (temps et argent) non négligeable : nettoyer et changer la petite fréquemment, avoir toujours le change à portée de main à l’extérieur de la maison, choisir le bon modèle qui ne provoque pas d’inconfort ou d’irritation. Sans parler de l’impact sur l’environnement : on a calculé, en effet, que durant les trois premières années de sa vie, chaque enfant utilise en moyenne 4500 couches et que le coût annuel minimum supporté par les familles est d’environ 1000 euros ! Le choix des couches lavables (plus chères mais réutilisables longtemps) peut être une solution et un bon compromis pour ne pas polluer et faire des économies à long terme, mais le temps à consacrer au lavage (avec le rythme effréné de notre société) n’est pas toujours facile.

Pour toutes ces raisons, les parents sont souvent pressés, parfois trop, de passer au pot puis aux toilettes (évidemment avec le réducteur) en oubliant que pour les enfants, il s’agit d’une étape de croissance très importante car ils vont devoir gérer leurs besoins de manière autonome. En outre, le contrôle des sphincters représente un moment encore plus critique et significatif et, pour cette raison, il doit être considéré comme un « cadeau » que l’enfant fait à ses parents.

Malheureusement, dans cette phase de transition, les mères sont souvent conditionnées par les temps et les manières des autres : savoir que d’autres enfants du même âge ont déjà abandonné leurs couches les met dans l’embarras et crée une sorte de « compétition » inutile et problématique qui ne peut que créer des tensions et des malaises pour le petit.

Il ne s’agit toutefois pas d’une décision à prendre à la légère et, surtout, pas pour une question purement pratique ou « conformiste » : tous les enfants, en effet, ne sont pas les mêmes et n’ont pas les mêmes temps : il est donc absolument contre-productif de faire des comparaisons car il y a des enfants qui sont déjà indépendants à un an et demi, d’autres qui, à trois ans, ont encore des difficultés à contrôler le sphincter.

Les filles sont donc généralement plus précoces que les garçons qui, eux, sont plus à l’aise pour faire pipi à l’extérieur de la maison sans avoir à s’accroupir. En général, il n’y a pas d’âge fixe même s’il est indéniable que, généralement, la couche sera abandonnée au plus tard à l’âge de trois ans (au moins pendant la journée) pour faciliter l’entrée à l’école maternelle et en tout cas pas avant l’année et demie.

Tout forçage, en termes de timing et de méthodes, pourrait donc causer plus de mal que de bien : mis sous pression, en effet, l’enfant peut se sentir obligé de s’adapter à cette transition de croissance même s’il n’est pas prêt et devenir nerveux, impatient, anxieux, créant un cercle vicieux dont il devient difficile de sortir. Il est donc important de respecter l’individualité de votre enfant, en prenant soin d’observer les petits et grands messages qu’il enverra à ses parents pour qu’ils puissent comprendre quand il est prêt pour cette phase de changement, sans les forcer et dans la sérénité. .

Afin de comprendre si le bébé est prêt pour ce passage, certains comportements caractéristiques doivent être observés :

-entre un changement et un autre, la couche est sèche.

-l’enfant est curieux de savoir comment ses parents ou ses frères et sœurs plus âgés utilisent la salle de bain.

-il se demande de faire ses besoins dans les toilettes.

Lorsque toutes ou presque toutes ces conditions sont réunies, on peut penser à commencer à essayer d’enlever la couche, sans risquer de traumatiser le petit.

L’idéal est de profiter de la saison estivale et peut-être de la mer : d’une part, en effet, le bébé est libre et les petits « accidents » peuvent être surmontés sans problèmes et d’autre part, la maman a plus de temps à lui consacrer grâce aux vacances.

Il est toutefois important de garder à l’esprit que si le moment est venu et qu’il a été décidé de commencer le processus de « déshabillage », il ne faut pas revenir à la première tentative infructueuse, car cela provoquerait chez l’enfant encore plus d’inconfort, d’anxiété et de confusion.

Conseils pour bien démarrer ce passage de la couche au pot

Avant de commencer, la mère doit savoir qu’elle devra s’armer de patience, de calme et, surtout, d’une grande compréhension. Pour faciliter la transition, il y a donc certaines choses qui peuvent aider le bébé et rendre le « travail » plus facile pour la mère.

-Cherchez un pot que le petit aimera, tant pour sa forme que pour ses couleurs : il deviendra ainsi un endroit où il pourra passer du temps de manière agréable, sans crainte.

-Pour la même raison, il peut être utile de toujours laisser à côté du pot des petits livres ou des petits jeux qui peuvent le distraire lorsqu’il essaie d’aller aux toilettes.

-En invitant l’enfant à aller aux toilettes, il ne faut jamais créer d’anxiété ou de précipitation et il ne faut jamais poser une question (« as-tu envie de faire pipi ? ») mais une affirmation (« allons faire pipi »). La mère établira des temps et des moments dans une véritable routine : le matin, au milieu de la matinée, après le déjeuner, l’après-midi et avant de s’endormir.

-Lorsque le bébé se change pour aller aux toilettes, en revanche, il aura besoin d’autonomie et devra toujours avoir son propre réducteur à disposition.

-Il est possible que le bébé cherche la compagnie de sa mère pendant qu’il fait ses affaires : s’il le fait, il ne faut pas le réprimander, mais le soutenir car ce n’est pas un caprice mais un moment important où il a besoin de soutien.

-Lorsque l’enfant parvient à faire ses besoins dans les toilettes ou le pot, il faut le féliciter avec une grande reconnaissance : pour lui, en effet, c’est un véritable « cadeau » qui a coûté engagement et confiance.

-Avant d’aller au lit, jusqu’à ce que le petit ait pris confiance, il conviendra de toujours mettre la couche et, seulement dans un deuxième temps, vous pourrez commencer à l’enlever et à placer les dormeurs.

-Lorsque vous vous promenez avec votre enfant, vous devez toujours vous équiper de tout ce dont vous avez besoin : vêtements de rechange, lingettes, serviettes imperméables et (en cas d’urgence) couches.

couches Cosmétiques naturels bio idée cadeau bebe. Parapharmacie Maroc. Livraison gratuite et partout au Maroc. Magasin bio pour bébés. Frais de port gratuits

Durant cette phase délicate, vous devrez non seulement vous organiser d’un point de vue pratique, mais il sera également important de conserver une attitude accueillante et rassurante envers votre enfant. Il convient d’éviter les comparaisons, les reproches ou (pire encore !) les humiliations en cas d' »accidents » lorsqu’il est incapable de retenir sa bouse. Une phrase typique et plutôt malheureuse qui est utilisée dans ces cas-là est « alors tu ne grandiras jamais ! ».

Tout aussi contre-productif est le choix d’enlever la couche sans fournir d’explications adéquates à l’enfant mais en lui disant simplement « tiens, à partir d’aujourd’hui tu es grand ! » : ce sont des phrases que l’enfant ne comprendrait pas mais qui créeraient de l’anxiété et un excès de responsabilité avec pour conséquence de se faire pipi dessus ou, au contraire, de retarder l’évacuation des matières fécales.

En outre, il faut éviter d’enlever la couche (qui reste une source de sécurité pour l’enfant) s’il vit déjà un autre changement important, comme l’entrée à l’école maternelle ou la naissance prochaine d’un petit frère ou d’une petite sœur.

En bref, avec de la chaleur, de l’amour et de la patience, ce moment important de la croissance peut être affronté de manière tranquille et naturelle et, presque sans s’en rendre compte, le bébé peut se passer du jour au lendemain de sa couche « amie », trouvant en lui une nouvelle sécurité.

En tout cas, soyez patients, cette phase est différente d’un bébé à l’autre. Armez vous de patience et de couches .

Nous espérons avoir répondu à vos questions.

Si vous avez d’autres interrogations et afin de répondre à vos attentes, nous avons mis en place un chat personnalisé avec notre conseillère nutrition qui est là pour vous écouter et vous conseiller. Pour la joindre, n’hésitez pas à cliquer sur le petit bouton vert sur notre site.

N’hésitez pas non plus à nous suivre sur notre page Facebook ou Instagram pour rester informé(e)s de nos nouveautés ou articles et surtout afin d’être toujours au courant des promotions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.