Divers

Alimentation bébés : Tout ce que vous devez savoir sur les fausses croyances répandues

alimentation des bébés tout ce que vous devez savoir pour une alimentation saine et sans soucis

L’alimentation des bébés : décelez le vrai du faux.

En tant que parents, vous avez dû entendre des milliers de conseils relatifs à votre enfants : alimentation, cosmétiques, couches, lait, céréales… Vous êtes perdu(e) ou avez peur d’être jugé(e) dans le cas où vous ne suivez pas ces conseils? Nous vous détaillons dans cet article le vrai du faux des croyances les plus répandues :

Les croyances les plus répandues concernant l’alimentation de votre bébé

Si votre enfant ne mange pas de viande à partir de six mois, il aura une carence en fer.

La carence en fer s’est souvent produite lorsque, dans les années 50, le lait maternel a été remplacé par le lait de vache à partir du 3ème-4ème mois de vie, il est donc devenu nécessaire d’introduire un aliment riche en fer biodisponible, comme la viande : il était toutefois essentiel de la rendre digeste et assimilable, en l’homogénéisant et en la lyophilisant. Lorsque, dans les années 90, on a reconnu qu’il était important de ne pas donner de lait de vache avant l’âge de 12 mois, en le remplaçant, en cas de manque de lait maternel, par des types de lait adaptés et contenant des quantités adéquates de fer.

N’hésitez pas à jeter un coup d’oeil à l’excellent article d’un de nos sites confrères qui traite de la diversification alimentaire

Si elle ne boit pas de lait de vache, elle ne grandira pas, et puis, « de mon temps, on nous donnait du lait dès l’âge de trois mois et nous étions bien.

« Le lait de vache est l’aliment naturel du veau et sa teneur en protéines est trois fois supérieure à celle du lait de femme ; en fait, le veau grandit beaucoup plus vite qu’un bébé, quelques heures après sa naissance, il se tient déjà debout et ressemble à un animal adulte. En d’autres termes, il faut plus de protéines pour élever un veau que pour élever un enfant »

Mais est-il ou n’est-il pas allergique ? S’il n’est pas allergique, tout cela n’a aucun sens !

Les intolérances sont un phénomène scientifiquement prouvé et se produisent lorsqu’un aliment provoque des problèmes physiques tels que des coliques, des difficultés de digestion, des reflux, mais aussi des problèmes de comportement tels que l’insomnie, l’agitation, l’hyperactivité. Les allergies, en revanche, déclenchent un processus plus aigu, car l’organisme produit de l’immunoglobuline E. Ces deux phénomènes doivent être envisagés avec votre pédiatre.

Mais donnez à votre enfant une bonne soupe de légumes, qui est bonne pour lui !

Au cours de la première année de vie, les fibres (c’est-à-dire la pulpe de fruits et de légumes) ne doivent pas être consommées en grande quantité car elles peuvent irriter la muqueuse intestinale encore en formation. Ne mettez pas d’herbes dans la nourriture de votre bébé, vous pourriez l’empoisonner ! Rien n’est plus faux, puisque, « le persil, le cumin, la mélisse, le basilic, la marjolaine, l’origan, la sauge, l’anis, le romarin, la sarriette, le thym et les graines de fenouil sont utiles pour aromatiser les aliments pour bébés.

alimentation et diversification alimentaire des bébés la place des légumes

Les graines de fenouil en particulier (également moulues avec un moulin à poivre et ajoutées sur les aliments) activent la fonction digestive et éliminent les gaz intestinaux ; ces graines sont légèrement alcalinisantes et peuvent équilibrer les substances acidifiantes de l’alimentation (avoine, viande, millet, etc.). Les herbes doivent être ajoutées au début de la cuisson si elles sont sèches, à la fin si elles sont fraîches, puis laissées à assaisonner pendant quelques minutes loin du feu « 5. Les épices, en revanche, ne doivent pas être ajoutées avant que l’enfant ait atteint l’âge de 2 ou 3 ans, à l’exception d’un saupoudrage de cannelle.

Mais tu leur donnes toujours les mêmes choses ! !!

Pendant six mois, le bébé est habitué à boire exactement la même substance sous la même forme, le lait, qu’il s’agisse du lait maternel, dont le goût ne varie que légèrement en fonction de l’alimentation de la mère, ou du lait végétal. Son palais est donc prédisposé à prendre des goûts différents sous la même forme : d’abord le lait, puis les aliments, puis tout le reste.

Nous avons beaucoup de goûts et de combinaisons à expérimenter, en commençant par les couleurs, comme les aliments pour bébés blancs à base de chou-fleur et de haricots et les aliments pour bébés verts à base de courgettes et de basilic ; ensuite, nous alternerons les huiles, puis les herbes. Nous pouvons ensuite introduire le goût sucré avec du gruau et des amandes.

Ensuite, nous avons des oléagineux et des fruits secs… et des collations avec des puddings et toutes sortes de fruits. Bref, il y a de quoi se faire plaisir, sans parler de l’ennui ! Bien sûr, si nous mettons toujours les quatre mêmes légumes dans un mixeur, en alternant la farine de maïs et de tapioca avec la farine de riz, cela peut devenir très monotone.

N’hésitez pas à aller jeter un coup d’oeil sur notre site rubrique  » alimentation bébés  » pour avoir des idées de produits diversifiés

Mais au moins un petit goût, une cuillère à café de glace… tu es tellement obsédé par ces choses, pourtant !

Comme nous l’avons vu, les six premiers mois du sevrage sont un incroyable processus de découverte et son et notre voyage à travers les saveurs sera très laborieux car il y aura tellement de produits. La nécessité de faire goûter à l’enfant d’autres saveurs que celles qui lui sont proposées n’est pas nuisible en soi pour l’enfant, mais elle est assez frustrante pour lui, car il n’est évidemment pas une personne adulte et consciente à qui l’on peut dire « je vais te faire goûter cette très bonne chose, mais ensuite je ne te la ferai plus goûter parce que ce n’est pas encore le moment ».
Notre enfant ne comprendra pas cela et il sera très frustré de goûter quelque chose de bon et d’en être privé sans comprendre pourquoi.

Vous pouvez lui proposer en échange un produit pensé pour sa teneur réduite en sucres et sans huile de palme suivant l’âge de vos enfants :

Il est un peu agité : donnez-lui une camomille le soir.

C’est le mythe par excellence qu’il faut dissiper, car la camomille n’a pas une fonction relaxante mais des propriétés digestives, évidemment indispensables pour un bon sommeil ; au contraire, elle peut être très stimulante si elle est gardée longtemps en infusion et prise en grande quantité :

Chez les sujets particulièrement sensibles et facilement surexcitables, la camomille, même laissée en infusion pendant un court moment, peut encore être un excitant. Pour aider votre enfant à dormir, une infusion de tilleul et de mélisse peut être utile (faire bouillir l’eau dans une petite casserole, éteindre le feu, ajouter les herbes, couvrir la casserole avec un couvercle et laisser infuser pendant 5 minutes) ; en revanche, pour faciliter la digestion, nous pouvons utiliser des graines de fenouil avec un petit ajout de racine de réglisse (dans ce cas, faire bouillir l’eau et l’infusion pendant quelques minutes).

Donnez-lui du pain sec pour faire ses dents…..

Tout d’abord, le pain sec, même s’il est très dur, est très dangereux car l’enfant le suce souvent jusqu’à ce qu’il ramollisse de gros morceaux qu’il risque ensuite d’avaler ; ensuite, comme nous l’avons vu, le gluten et le blé normal en général ne sont pas très utiles pour notre organisme. Un très bon outil a été inventé qui nous permet de donner à l’enfant des fruits et légumes entiers sans risque d’étouffement : il s’agit d’un filet, à l’intérieur duquel on peut mettre des fruits et légumes crus, avec une poignée que l’enfant peut tenir confortablement dans sa main.

Une autre alternative : les anneaux de dentition :

Nous espérons vous avoir aidés à distinguer le vrai du faux dans les croyances répandues concernant l’alimentation de votre bébés.

Nous vous avons aussi proposé plusieurs alternatives et produits pour votre bébé que vous pouvez retrouver soit sur notre site soit dans notre magasin BIO POUR BEBES

Si vous avez d’autres interrogations et afin de répondre à vos attentes, nous avons mis en place un chat personnalisé avec notre conseillère nutrition qui est là pour vous écouter et vous conseiller. Pour la joindre, n’hésitez pas à cliquer sur le petit bouton vert sur notre site.

N’hésitez pas non plus à nous suivre sur notre page Facebook ou Instagram pour rester informé(e)s de nos nouveautés ou articles et surtout afin d’être toujours au courant des promotions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.